THANKSGIVING !!!


dinde

Avant de raconter notre premier repas de Thanksgiving (c’est un moment historique pour nous ^^), je rappelle pour ceux qui ne savent plus trop, ce que signifie ce repas pour les américains : Thanksgiving vise à remercier Dieu et les récoltes. Aux USA, c’est à l’origine, un rite (repas) instaurait par les premiers pèlerins européens ou colons du Mayflower pour remercier les indiens, qui leurs sont venus en aide en leur apprenant à chasser et récolter le maïs.

 


On fête notre premier Thanksgiving et c’est une surprise !

Après 4 mois d’installation aux USA, je n’espérais pas vraiment pouvoir avoir la chance de partager un Thanksgiving avec des américains. Non pas que je trouve que nous sommes une famille complètement associable mais pour cette raison en particulier :

Avant de partir aux USA, nous avons pu bénéficier en couple d’une formation professionnelle « culturelle ». Une formation lors de laquelle nous avons appris pas mal de choses (j’en ferais peut-être un article), notamment comment « gérer » la différence culturelle qu’il existe entre nous et notre pays d’accueil. Nous avions donc appris beaucoup de choses sur le comportement des américains, l’origine de ces comportements, de même pour notre propre culture. Et sans faire un raccourci qui n’aurait aucun sens, l’histoire d’un pays y est pour beaucoup dans la construction de sa culture. Nous avons eu le droit a une explication très intéressante sur le pourquoi du comment les américains étaient très « avenants », très « amicales » aux premier abords. De façon assez schématique, une comparaison était également faite pour nous expliquer que la construction des liens des personnes entre elles étaient différentes selon la culture du pays. L’idée était de s’imaginer que nous devions aller de la surface au centre de ce qui nous était désigné pour comprendre l’évolution dans les relations. Plus la matière est rigide plus elle exprime la difficulté à établir une relation amicale et plus elle est tendre, plus la relation est amicale. Bref,  pour exprimer l’évolution d’une relation avec un américain, c’est la pêche qui a été choisi (en surface, plutôt tendre et moelleux, donc plutôt amical aux premiers abords et un noyau au centre, donc plutôt rigide lorsque l’on veut établir une vraie relation amicale). Nous les français, on serait plutôt des noix de coco, c’est-à-dire l’inverse : Le contact est difficile aux débuts et une fois la coquille franchie nous sommes plutôt amicaux. C’est très schématique mais avec cette description donnée, autant dire que je me suis dit, même si on sympathise avec des américains d’ici là, il ne faudra qu’en même espérer que l’on puisse en même pas 4 mois, être invité pour la Thanksgiving !  

am VS fr

 

Pourquoi je dis que c’est une chance d’avoir pu participer à ce repas de fête ?

Au-delà du fait que… faut l’avouer c’est un moment super agréable (on mange, on boit, on papote, bref tous ce que nous aimons faire ^^), c’est aussi un moyen de pouvoir comprendre la culture du pays dans lequel on vit. Notre objectif dans ce départ à l’autre bout du monde, dans cette expatriation, c’était notamment de s’enrichir en apprenant, en comprenant une autre culture. Et donc il n’y a rien de mieux que de participer aux fêtes nationales du pays dans lequel on se trouve, pour vivre, comprendre et apprendre ça ^^

 


Nos hôtes

Avant que je connaisse la signification de ce repas, pour moi française, Thanksgiving était un repas célébré entre membre de la famille et UNIQUEMENT avec des membres de la famille (un peu comme notre repas de Noël en France). Alors c’est vrai, c’est avant tout un repas qui permet aux familles de se réunir, notamment lorsque celle-ci est éparpillée un peu partout sur le continent mais c’est aussi avant tout un moment de PARTAGE (revoir la signification de cette fête), donc amis et autres personnes appréciées peuvent être conviés à la table. Ignorant d’un prime abord la vraie origine, il était donc évident que je ne m’attende pas particulièrement à ce que nous soyons invité à ce repas si « important » pour les américains et encore moins après 4 mois d’installation (faut dire que si je me réfère à la description qui m’avait été faite sur les relations avec les américains, en 4 mois il était impensable d’assister à cet événement alors qu’on était encore bien loin du noyau de la pêche !). Finalement, une fois que j’ai compris la vraie signification de ce repas, j’étais beaucoup moins surprise.

Nous avons donc connu ce couple d’américain avec leur petite fille de l’âge de Nolan, quasiment les toutes premières semaines de notre installation. Rachael, la maman, ne travaille pas et s’occupe de sa fille. Nous pouvons donc nous voir de temps en temps, faire des activités avec les enfants, ce qui est plutôt sympa. Ils sont deux américains mais ne sont pas originaire de Boston, elle est du Texas, et lui de la Virginie. C’était la première fois qu’ils préparaient le repas de la Thanksgiving sans leurs familles. Nous devions être pour ce repas 5 sans compter les enfants, notre couple d’ami, le frère de Rachael qui vit également avec eux, et Michaël et moi.

 


Le JOUR du repas de la Thanksgiving

Imaginant l’ampleur de la préparation de ce repas, nous avions proposé notre aide, que Rachael a gentiment refusé. Elle nous a proposé en revanche de nous charger du vin (les français doivent avoir bonne réputation pour faire le bon choix en terme de vin ^^). Nous avions la veille, récupéré des plats (tartes et desserts) qui avaient été préparé par Rachael, pour les garder au frais dans notre frigo (le sien était plein et pourtant les frigos ne sont pas de petits gabaris). Lorsque Michaël s’est rendu chez eux pour récupérer les plats, il m’a dit avoir vu plein de recettes affichées dans la cuisine.

Le jour J, Le repas devait commençait vers 13h, mais nous étions conviés à arriver en fin de matinée, pour que les petits profitent de jouer ensemble. En fin de matinée lorsque nous avons quitté l’appartement pour rejoindre la voiture, nous avons également croisé pleins d’autres personnes chargées de plats dans leurs bras. Une fois arrivée, nous avons eu la surprise de voir un autre couple d’amis présents (nous n’étions plus alors 5 mais 7 adultes). Dans la cuisine, plusieurs plats étaient déjà prêt (la dinde et le gros jambon notamment), d’autres encore en cours de préparation. Mais le plus gros était déjà prêt à être dégusté ! Rachael était celle qui était au fourneau mais tout le monde essayait d’aider de la meilleure manière qui puisse le faire pour finir les derniers détails du repas. Elle avait effectivement, de nombreuses recettes affichées au placard et un planning de sa matinée, bien précis et bien chargée! Lorsque petit à petit les plats ont été posé sur la table, on s’est bien rendu compte que vu le nombre de plats préparés, une bonne organisation et un planning était juste indispensables pour pouvoir réaliser tout ça en une seule matinée (principalement même si certains plats avaient été préparé la veille).  

Beaucoup des plats qui ont été préparé sont des plats préparés traditionnellement pour la Thanksgiving (j’oublierais peut-être certains d’entre eux): dinde rôtie, farce,  Jambon fumé, purée de pommes de terre, sauce aux champignons, ciboules, légumes rôtis (haricots verts), patates (sucré), gelé à la canneberge (cramberries).

En dessert, une tarte aux noix de pécan, une tarte à la citrouille (+ un dessert sucré salé non traditionnel à base de fraises, crème au fromage et bretzels).

Pour ma part, j’ai toujours entendu que les américains ne savent pas cuisinier (clichés et encore des clichés), et bien après avoir goûté ce fameux repas, je ne suis d’accord avec ce cliché, car il faut savoir cuisiner un minimum et être bien organisé pour préparer ce repas très copieux ! La manière de cuisiner est un peu différente, j’ai trouvé tous les plats bons mais la plupart sont très très riches en matière grasses, en sucre,… (d’ailleurs quand j’ai vu la taille du pot de beurre en arrivant dans la cuisine j’ai presque été surprise par ce gros même très très gros pot de beurre). Du coup, comme c’est une cuisine lourde (qui tient au corps quoi !), il est difficile de s’en goinfrer même si c’est très bon, on a plutôt tendance à vouloir en manger de petites quantités, et encore plus si on veut garder un peu de la place pour tout goûter. D’ailleurs, vue la quantité qu’ils restaient dans les plats à notre départ, je me suis dit qu’ils aillaient être tranquilles pour une bonne semaine !

Sinon il me semble que comme pour Noël, une décoration de la table peut-être faite. Rachael était presque toute seule à avoir préparé ces nombreux plats, je comprends que l’énergie et même l’envie de faire une décoration de table pouvait manquer. Autrement, je crois que la décoration de la table reste sur un ton automnal (rouge-orange-jaune…, avec citrouilles, feuilles, épis de blé…)

deco table 2

Enfin contrairement à nos repas de fête (Noël), où l’on voit les plats défilés les uns après les autres sur la table, et qu’une fois un plat fini (ou presque), il repart dans la cuisine pour laisser place au prochain plat, pour la Thanksgiving tous les plats sont posés sur la table et de manière conviviale chacun se sert dans les plats. Puis une fois que tout le monde est rassasié, tous les plats sont ramenés dans la cuisine pour laisser place à tous les desserts.

 

la préparation du repas

Les plats

Le repas

 


Et après le repas…

Après le repas, j’imagine que c’est comme les repas de fêtes en France, cela dépend des familles, cela dépend de l’activité et des occupations de chacun. Ca peut être prendre un café ou un digestif en continuant le repas dans le salon, ou ne pas attendre le café et reprendre vite la route pour ceux qui habitent loin…

Nous sommes restés autour de la grande table à papoter, à boire en digestif, un « bacardi 151 » qui avait la particularité d’avoir un taux d’alcool très élevé (75,5°) ! Puis nous avons pris des cafés pour ceux qui en voulaient, nous avons aussi goûté à une boisson qui n’a rien d’originale pour les américains et aussi une boisson bu traditionnellement à la Thanksgiving, mais qui est un peu étrange pour nous, ça s’appelle « EGG NOG » (c’est une boisson à base d’œuf biensûr, de lait, crème, sucre… en gros ça ressemble à une crème anglaise mais ça se boit comme un petit verre de lait). Ils ont également pour habitude de mélanger cette boisson avec du bourbon en guise de cocktail. Puis nous avons joué à un jeu de société appelé « Carcassonne », bien en référence à notre cité de Carcassonne en France et de ses remparts, apparemment c’est un jeu de société assez connu par les américains (un peu comme le monopoly en France). Puis, l’heure du repas du soir de Nolan approchant, nous avons vers 19h décidé de rentrer.

Voilà pour ce qui concerne notre première expérience aux USA pour LA fête nationale la plus significative et la plus célébrée.  Un premier repas de Thanksgiving qui pour nous a été réussi ^^